Pages
astro
  Observations récentes

 

  photo de
météores

 

 

Je fondais des espoirs sur les Léonides de 1998. Si la prévision semblait favoriser l'Asie, l'incertitude nous laissait nos chances et la Lune était absente.
Un ciel clair mais glacé dans l'après-midi du 17 novembre et des témoignages d'observation favorables au petit matin nous faisaient affronter hardiment, avec d'autres membres du club JANUS, un froid qui s'annonçait pénétrant.

Nous nous installâmes sur le plateau qui domine Senlis au nord-est. L'observation fût décevante : bancs de brouillard obligeant à se déplacer sporadiquement à la recherche d'une trouée, cinq météores bien faibles en une heure de ciel observable étalée de 21 h 30 à 24 heures locales. Pas de quoi déballer le matériel de prise de vues.

Dans les dernières secondes, alors que nous nous séparions, un météore exceptionnellement lumineux (magnitude de -4 ?) traversa le ciel au-dessus de nos têtes sur 150 degrés, accompagné d'une traînée de cinq à dix degrés.

Cette observation recoupe les témoignages: faible activité en Asie, pic observé depuis les Canaries. Nombreux bolides de -2 à - 8.

     

 

  l'éclipse de
Soleil du 11
août 1999

 

 

Cet événement n'est plus à l'état de projet puisqu'il s'est - défavorablement - déroulé.

J'ai observé l'éclipse de 25 km à l'ouest de Reims. Le temps couvert n'a pas permis de voir la totalité.

Ces mauvaises conditions n'ont permis de prendre qu'un tiers seulement des vues du chapelet. Les ombres volantes ne sont pas apparues.

Je n'ai pris aucune vue directe pendant la totalité. Je n'ai pas eu la présence d'esprit de reconvertir en panorama général l'un des dispositifs en place (j'avais envisagé un panorama général mais j'avais préféré consacrer deux boîtiers aux ombres volantes).
Or c'eût été les seules vues possibles. L'arrivée de la colonne d'ombre et la texture du ciel ont été impressionnantes, encore plus que lors d'une éclipse par temps clair. Toutefois cette ambiance est difficile à restituer photographiquement.

Sur le site du club Janus, voir ma prose d'une description plus complète.



Les différentes manips. On attend une éclaircie

éclipse 11/08/99

J'avais prévu le programme de prises de vues suivant (avec l'aide d'opérateurs):

- grains de Bailey et couronne basse en 24x36 avec 1200 mm de focale (SC8 + réducteur de focale)     à droite sur le trépied bois

- couronne externe en 24x36 avec 560 mm de focale (400 mm + multiplicateur de focale x 1,4) au centre, avec le filtre sur un support blanc

- couronne externe en moyen format 700 mm de focale - (sans filtre compensateur de gradient ni masquage défocalisé auxquels j'avais renoncé après essais). à gauche - dépointé car la totalité est passée

- enregistrement sur caméscope de la totalité (200 mm de focale sur chip 1/2 pouce équivalent à 1080 mm en 24x36) non déballé - prévu sur le trépied bas gris

- le ciel autour du soleil pendant la totalité (40 mm de focale en 24x36) sur le bras de contrepoids du SC8

- photographie en chapelet (moyen format et 60 mm de focale - vues à cinq minutes d'écart pendant 170 minutes soit 17 de part et d'autre et la totalité au centre) au fond, masqué par l'opérateur, J. Grézis

- ombres volantes dans les quinze secondes précédant et suivant la totalité (un boîtier pour chaque séquence, 50 mm fixé 2 mètres au dessus de la mire, 1600 ASA, déclenchement automatique) devant J. Grézis, au dessus de la mire blanche au sol



Sites consacrés à cette éclipse :

 

     

 

  éclipses
partielles
de soleil
 

J'ai observé ces éclipses partielles de 1994 et 1996 de mon balcon.

Eclipse partielle du 10 mai 1994
éclipse 94
Voir la page de vues de cette éclipse
Eclipse partielle du 12 octobre 1996
eclipse 10/96
Mosaïque directe à la prise de vue
     

 

  occultations
de Saturne
par la Lune
 

Occultation du 3 novembre 2001 : j'ai également observé cette occultation de mon balcon. Mais, si vous voulez tout savoir, ce n'est pas le même balcon, c'est celui tourné vers le nord.

 Saturne peu après son émersion - SC8 + barlow 2x   -   1 s sur 100 ASA  
occultation Saturne  

L'émersion, ayant lieu au bord obscur, était assez facile à photographier, car la luminosité du terminateur n'est pas trop supérieure à celle de Saturne. Les deux astres sont enregistrables simultanément.

Mais la planète n'émergeait du bord sombre qu'à une certaine distance du terminateur.

En revanche, la dynamique des pellicules ne permet pas d'enregistrer directement l'occultation, qui avait lieu du côté éclairé. C'est dommage, car je la trouve nettement plus spectaculaire : la planète semblait devoir percuter la Lune, à l'oculaire c'était presque angoissant. Puis elle disparut directement sous le limbe éclairé. Peut-être qu'un dispositif comprenant un cache neutre de densité adaptée permettrait cette prise de vue.

 

 

Occultation du 16 avril 2002 : Pas de chance pour l'occultation suivante de Saturne par la Lune : les deux astres étaient bas sur l'horizon, et un voile ténu mais en fait assez opaque s'est maintenu. Bien qu'averti de la nécessité d'accroître le temps de pose, et malgré le bracketing de rigueur, mes vues se sont révélées très sous exposées. Il aurait fallu multiplier les temps de pose par 20 ou 40, j'étais resté vers 5.


 

Occultation du 2 mars 2007 : cette occultation était visible comme rasante dans les Yvelines, et tangente dans les Hauts de Seine. La hauteur de 30 ° sur l'horizon Ouest était favorable, en revanche c'était veille de pleine Lune, avec une très forte luminosité.

  Saturne une dizaine de minutes après son émergence complète. SC8 -   1/20 ème s APN à 400 ASA  
occultation Saturne 2 mars 2007
 
 

En outre, un léger voile de brume diffusait sévèrement la lumière de la Lune, et Saturne n'était pas visible aux jumelles pendant l'occultation. Au télescope de 200 mm, on discernait nettement Saturne coupée en deux par le limbe éclairé, mais l'observation était pénible.

J'ai donc choisi une vue où Saturne est nettement détachée et je l'ai rehaussée spécifiquement. A être contraint de ménager la chèvre et le chou, on s'aperçoit que le résultat est médiocre. Malgré la dynamique de l'APN, les deux astres sont pratiquement impossibles à enregistrer simultanément de façon satisfaisante.

Je ne doute pas que des virtuoses du montage livrent des résultats bien meilleurs avec deux vues exposées ad-hoc (exemple: les belles images de Fred Guinepain).
C'est légitime tant qu'il s'agit de vues simultanées ou presque. Sinon, on finit par prendre la planète de ci, la Lune de là, et à la fin la vue est aussi artificielle que ces collages où un anaconda sort d'un groupe de plantes dans le hall du Ritz, pendant qu'un top model à la nonchalante démarche passe sur le côté.

 

     

 

  passage
de Vénus
devant
le Soleil
 

Passage du 8 juin 2004 : toujours de chez moi, mais avec les deux balcons en jeu !

Cette occasion est mythique, car elle se produit deux fois de suite, puis il faut l'attendre un siècle. A la fin du 18ème siècle, nos aïeux s'étaient engagés dans des expéditions maritimes inouïes pour observer le passage (ou transit) depuis les rivages du Pacifique.

Le hasard nous accorde d'observer la série du début du 21ème siècle, en plus le premier passage nous était servi à domicile, et le beau temps était là ! Voir la page du Bureau des longitudes.


  Amorce de la goutte d'eau - lunette de 128 mm et webcam  
occultation Saturne 2 mars 2007
 
 

J'ai étrenné la prise de vue à la webcam, qui permet l'amélioration de la définition, ou au moins de sa perception. Traitement d'une petite centaine d'images.

C'est mon premier passage de Vénus :-)

Tout va très vite au moment de l'arrivée du disque. Hélas, mon balcon sud a un vilain angle mort au zénith, que j'avais mal apprécié, ce qui m'a coûté la goutte d'eau de fin.

 
     

 

  Début astro to Astronomy       accueil
Accueil
plan du site
Plan
Haut de la page  
D. Césari - droits réservés - contact
page créée le 25 avril 1998 - mise à jour : 2 mars 2007